10. La Carretera Austral  

Arrivée le 28 novembre à Puerto Montt, (15j, 15n)


• Traversée des fjords 

Longue de 1240 km, la Carretera Austral - ou routa 7 - commence à Puerto Montt, ...


... longe la mer ...

... jusqu'à La Arena où nous prenons un premier ferry pour une courte traversée (45') de l'Estuario Reloncavi.

On entre, alors, dans la Patagonia Verde ...

... et l'on parvient au village de Hornopiren où nous nous arrêtons pour la nuit, ....

... avant de prendre un second ferry (5 heures, cette fois) jusqu'à la Caleta Gonzalo.





Ravis de retrouver l'ambiance magique des fjords norvégiens.

Nous poursuivons, sur une piste par moments très poussièreuse, ...

... - sur laquelle on ne croise pas grand monde, sauf, de temps en temps, des gens rassemblés pour un évènement local, comme cette vente de bovins aux enchères - ...


... jusqu'à Chaiten, quasi désertique, où nous passons la nuit dans un vaste hôtel complètement vide.

Chaiten, connue pour avoir été complètement détruite en 2008 par le volcan éponyme.


• Traversée des rios et des lacs 

Cette fois, ce sont les couleurs et l'ampleur des rocheuses canadiennes que l'on retrouve.





... - toujours sur la ruta 7, devenue superbe - ...


... pour rejoindre Puerto Puyuhuapi, niché au bout du fjord du même nom.



• Parque nacional Queulat

Petite balade (7 km AR, assez raide, 2h30') sur le sentier ...


... qui mène à un point de vue d'où l'on aperçoit le Ventisquero colgante.



• De Puyuhuapi à Puerto Rio Tranquilo 

Route joliment fleurie ...


     

     

... qui serpente au pied de somptueuses montagnes ....

  

  

Le cerro Castillo

  

... jusqu'au lumineux Lago General Carrera, dominé par les majestueux Cerro La Gloria et Cerro Jeinemeni, ...

... au bord duquel somnole la petite ville de Puerto Rio Tranquilo ....

... qui a la particularité d'être l'unique endroit de Patagonie où les lupins sont jaunes.


• Capilla de marmol 

Belle balade en bateau ...

On profite du paysage, avant de prendre le bateau.

... pour aller admirer les rochers, ...




... les grottes, ...




... les tunnels, ...



... les animaux, ...

     

Chien                                    Elephant                                    Tortue

... la chapelle (où des couples du monde entier - paraît-il - viennent se marier en septembre, quand les eaux du lac sont à l'étiage et qu'il est alors possible de pénétrer dans la chapelle de marbre.), ...

... et observer de près les veines et les entrelacs du marbre.

  


  

• De Puerto Rio Tranquilo à Chile Chico 

Superbe route, toujours bordée par des champs de fleurs, ...

  

... longeant le Lago General Carrera, le surplombant, par moment, de manière vertigineuse.


  


  


Nous abandonnons la Carretera Austral, pour Chile Chico.


• Lago Jeinimeni reserva nacional  

Dans le secteur de la Piedra Clavada du magnifique Lago Jeinimeni reserva nacional, ....

... petite rando - 7,5 km, 900 m de dénivelé, 2h50' - sous un soleil de plomb ....

     





Clo devant le Piedra Clavada.

... qui nous fait traverser, après celle d'Atacama, une nouvelle valle lunar.



  

  




Chile Chico est notre dernière étape au Chili, avant de passer en Argentine et de poursuivre jusqu'à El Chalten.


 El Chalten 



• Rencontre sur un ferry

Camilla, artiste-peintre. Vit dans l'île de Chiloé. Voyage beaucoup, pour trouver de nouveaux paysages à peindre. C'est ce qui l'amène ici, dans le parc national de Pumalin.

On peut découvrir son travail sur le site : www.camilazaccarelli.cl


• Rencontre au pied des montagnes

En route pour Puerto Puyuhuapi, on fait une halte, au pied des montagnes, dans le petit village de Villa Santa Lucia (40 âmes, et une église).

On y rencontre Manuel, patron d'un minuscule tripot où il nous offre un café. Pendant la belle saison, il embarque les touristes sur les lacs de montagnes pour les initier à l'art de la pêche à la truite.



• Rencontre à l'entrée d'un parc

Isabelle, amoureuse des voyages qu'elle organise pour le compte de grandes sociétés et Arnault, architecte. Rencontrés à l'entrée du parc de Queulat. Après la Carettera Austral, qu'ils parcourent en bus et en stop, auront fini leur périple de 10 mois autour du monde.


• Rencontre chez Lucy

Dans la très agréable cabana de Lucy, nous rencontrons Gaelle, orthophoniste et Sébastien, informaticien, partis pour 8 mois en Amérique du Sud. Ils arrivent d'El Chalten, où le spectacle assourdissanrt du Perito Moreno les a vivement impressionnés.




• Premières péripéties

D'abord bloqués sur la piste par des travaux (1h30' d'attente) ...

... puis incapables de trouver l'endroit où nous devons passer la nuit, nous finissons par atteindre un bungalow isolé, dans une clairière au milieu de la forêt ...


... mais personne pour nous confirmer que c'est bien là. En regardant de plus près, on découvre une clé sur la porte. On s'installe. On dîne. On se prépare pour la nuit. Et, surprise, on entend, à l'extérieur, les bruits d'une fête qui commence autour d'un barbecue. Quelqu'un frappe à la porte. C'est Marisol, la propriétaire. Elle ne nous attendait plus ...

Il fait froid. On se réchauffe avec un feu de bois dans la cheminée et une bonne bouteille de vin chilien.


• Eaux thermales bouillantes

Après notre balade dans le parc de Queulat, nous allons aux termas del Ventisquero, en croyant retrouver ce que nous avions connu à Hanmer Springs en Nouvelle-Zélande.
Déception !
Ces thermes sont minuscules. Le cadre est agréable, certes, mais il n'y a que trois tout petits bassins. Et deux bassins ne sont pas utilisables : la température de l'eau est idéale pour se faire un thé mais pas pour se baigner.
On se retrouve agglutinés, dans le seul bassin disponible, avec des allemands que notre présence ne dérange absolument pas. On tient cinq minutes et puis l'on s'en va.
36000 pesos (≈ 50€), pour une trempette. On est un peu refroidi par les thermes chiliens !


• Autres petites péripéties

Arrivés à Villa Cerro Castillo pour y passer la nuit et randonner les jours suivants, impossible de trouver où dormir. Complet, beaucoup trop cher ou vraiment insalubre. Seule solution : poursuivre jusqu'à Puerto Rio Tranquilo. Mais il reste 120 km de piste, il est déjà 18 h et rien ne nous garantit de trouver où dormir là-bas après 20 heures. On part sur les chapeux de roues pour arriver le plus tôt possible ... Peine perdue. Au bout de cinq minutes, on est arreté 20' par des travaux. Quelques kilomètres plus loin, un accident nous stoppe. 30', cette fois, et on est chanceux, d'autres sont restés bloqués pendant 3 heures. On arrive finalement à 22 h. Mais la chance est avec nous. Après maints échecs pour trouver un hébergement disponible, et déjà résignés mentalement à passer la nuit dans la voiture, nous faisons une dernière tentative qui sera la bonne.